14/05/2005

'Sieste avec les ombres'

Attention, ceci pourrait choquer...
 
Sieste avec les ombres
 
Dans la moiteur obscure d'une chambre abandonnée,
C'est en vain que, las, entre tes membres je m'agite;
Ton indolent contact est si triste et si glacé
Et jamais ta peau de mes brûlures ne s'irrite.
 
Tu fixes l'horizon, ne me regardes pas,
Ton corps a molli et toute ta force est perdue.
Je m'agite et toi, tu ne réagis même pas;
Ah! l'Amour, le Bonheur! dans tes yeux ne brillent plus.
 
Tu n'es plus ici que par pure et simple habitude
Et quand accepterais-je que tout s'achève donc ainsi?
Mes démons de passions combattent la certitude
Que tu es un cadavre et qu'on t'enterre lundi.

16:49 Écrit par Lathspell | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La vengeance du commentaire... Sachez, Ô mon père, que je suis tenace !

Blague à part, j'adore ce poëme (ce texte ?)...Si ODCéen...J'en frissonne quand je le lis, ou plutôt, non...il me tord le ventre, oui, c'est exact...il me tord l'estomac.

Si beau, si sombre...Comme vous.

Et vous savez quoi ? Tu me rends chèvre !

Salutations

Miss
Ever'

Écrit par : Miss Ever' | 18/05/2005

Les commentaires sont fermés.