21/05/2005

'Abîmé'

Abîmé

Ces jours où mon âme se froissait comme du velours,
Seulement il se peut que je me les remémore.
Et ces jours où mes entrailles se tordaient par amour,
Seulement il se peut que me les remémore.

Et comme Priam mourut en enserrant Jupiter,
C'est couchant sur ta statue que je serai mais en terre.
Maintenant je suis perdu, noyé dans le sang, les larmes;
Aveugle, seul, las et nu, sans force et sans aucune arme.

Qui me sortira de l'Erèbe où tu m'as abîmé
Où la froide humidité perle sur mon front?
Abîmé dans cet Erèbe, qui va m'en retirer? 
















12:11 Écrit par Lathspell | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Seulement... ...si tu te laisses mener...

Écrit par : Miss Ever' | 21/05/2005

Les commentaires sont fermés.